Les bienfaits de la forêt et du bois
"Sur le long terme, une stratégie de gestion durable des forêts visant à maintenir ou à augmenter le stock de carbone en forêt tout en approvisionnant la filière bois (grumes, fibre et énergie) à un niveau de prélèvement durable, génèrera les bénéfices d'atténuation maximum".

Cette phrase, tirée du 4e rapport du GIEC* montre bien que les forêts gérées durablement permettent de lutter efficacement contre le changement climatique.

De plus, cet écosystème est le premier maillon d'une filière durable, vertueuse et locale.

*Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat

Les bénéfices environnementaux 

 

       Le Carbone et les 3S (1)

Les forêts permettent de lutter contre le changement climatique. Chaque année, la forêt française capte entre 10 et 15% des émissions nationales de CO2, principal gaz à effet de serre et responsable majeur du réchauffement climatique.

1- Séquestration

La forêt capte le CO2 de l'atmosphère par le mécanisme naturel de la photosynthèse et le séquestre dans les différents organes végétaux (feuilles, branches, troncs, racines) mais aussi, de façon importante, dans le sol. C'est la notion de "Pompe à carbone" (1).

1 ha de forêt séquestre en moyenne 550 t CO2/ha (sol et biomasse),

Soit la quantité de carbone émise par la combustion de 200 000 L de gasoil permettant d'effectuer 4 millions de km en voiture !​

2- Stockage

Les bénéfices dans la lutte contre le changement climatique se poursuivent au delà de la durée de vie des arbres. Le carbone séquestré par les forêts continue d'être stocké dans le bois après son exploitation. C'est la notion de "Réservoir de carbone". La durée de stockage dépend de l'utilisation du bois : quelques mois pour les usages énergie ou papier à 100 ans ou plus dans la construction.

On estime qu'1 mètre cube de bois stocke 1 tonne de CO2.

3- Substitution

La substitution consiste ainsi à éviter des émissions de CO2 en utilisant le bois à la place de :

- matériaux énergivores c'est à dire dont la production émet de grande quantité de carbone (aluminium, PVC, béton...)

En utilisant le bois à la place du béton et du PVC rigide, on évite respectivement l'émission de 1,040 kg CO2/m3 et 5,225 kg CO2/m3 utilisé.

- d'énergies fossiles non renouvelable (fioul, charbon...)

En se chauffant au bois, on émet 30 fois moins de COà l'atmosphère qu'avec du fuel domestique.

Le bois est un matériau renouvelable et recyclable. En fin de vie, les produits bois fabriqués pourront être recyclés pour un autre usage (panneau de particules par exemple) puis utilisé comme source d’énergie. Cette utilisation en cascade cumule les effets de substitution et optimise ainsi le bilan carbone. 

Le bois permet aussi de réaliser des économies car c'est un très bon isolant :​

si on compare la conductivité thermique des différents matériaux, le bois est :

   - 15 fois plus efficace que le béton,

   - 1650 fois plus efficace que l’aluminium.

si on compare la résistance thermique de plusieurs murs, un mur ossature bois classique est :

   - 2 fois plus isolant qu’un mur béton classique (en parpaings)

 - Presque 2,5 fois plus isolant qu’un mur en béton banché pour logements collectifs.

       Le Cycle de l'Eau (2)

La forêt joue un rôle important dans le cycle de l'eau notamment par son action sur le volume et la répartition des précipitations arrivant au sol, la dynamique de l'eau dans le sol et l'eau rejetée à l'atmosphère sous forme de vapeur.

    * Les précipitations

Lorsqu'il pleut, la forêt retient 20 à 50% des précipitations grâce au feuillage des arbres. Ces chiffres varient selon les peuplements : essence, âge, densité. Par exemple, plus le peuplement est dense ou proche de sa maturité, plus la quantité de pluie retenue est importante.

    * L'évaporation

Une partie des précipitations retenues par les forêts retourne à l’atmosphère sous forme de vapeur par évaporation de l'eau interceptée, évaporation du sol et évapotranspiration des végétaux. 

    * L'écoulement de l'eau dans le sol

Les sols forestiers ont une structure et des caractéristiques particulières qui modifient l'écoulement de l'eau dans le sol :

         -> la couche supérieure des sols forestiers (humus), très filtrante, possède une bonne capacité de rétention de l'eau. 

         -> les racines vivantes constituent un chemin privilégié pour l'eau s'écoulant le long du tronc. Les cavités, formées dans le sol par la dégradation des racines mortes, constituent un réseau de galeries qui facilite la circulation de l'eau dans le sol.

La forêt peut ainsi ralentir et retenir jusqu'à 20% de l'écoulement des eaux.

       La Biodiversité (3) (4)

Les écosystèmes forestiers offrent une multitude d'habitats : lisières, chemins, fossés, sous-bois, diversité des peuplements (essence, âge...). Ils abritent ainsi une diversité biologique exceptionnelle. En métropole, les forêts abritent 73 espèces de mammifères, 120 espèces d'oiseaux, près de 30 000 espèces de champignons et autant d'espèces d'insectes.

Par exemple,

  • un arbre peut accueillir de nombreux insectes sur ou sous son écorce, des mousses sur son tronc, des champignons sur ses racines, des oiseaux dans ses branches,

  • le sous-bois accueille une grande diversité de végétaux selon la nature du sol et la lumière disponible,

  • les arbres morts constituent un habitat privilégié notamment pour certaines espèces d'oiseaux.

       Les sols

Les forêts limitent les phénomènes d'érosion des sols qui peut entraîner des crues et des glissements de terrain  :

  • Les feuilles enrichissent le sol et le protègent

  • Le système racinaire fixe le sol et contribue à sa stabilité  

       La diversité des paysages

La forêt fait partie intégrante du paysage et contribue à sa diversité.

Elle offre également un lieu de détente pour un public très large : promeneurs, coureurs, cyclistes, chasseurs...

Les bénéfices socio-économiques

La filière forêt-bois offre environ 425 000 emplois en France : pépiniéristes, entrepreneurs de travaux forestiers, gestionnaires, chercheurs, salariés des organismes de la forêt privés, des entreprises de transformation du bois… C'est 1,5 fois plus que la filière automobile. Environ 12% de ces emplois se situent dans la gestion forestière, la récolte et la 1ère transformation du bois (5).

En région Centre-Val de Loire, on compte 2651 établissements et 14 700 salariés soit 2% de la population active régionale (6).

Ces emplois sont en grande majorité ruraux et non délocalisables

Image_video Ademe.png

(1) CRPF, Notre forêt n°72 - septembre 2015

(2) Office National des Forêts : http://www1.onf.fr/gestion_durable/++oid++91e/@@display_advise.html

(3) Office National des Forêts : http://www1.onf.fr/gestion_durable/++oid++59b7/@@display_event.html

(4) Observatoire régional de la biodiversité Centre-Val de Loire : http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/une-r%C3%A9gion-au-mille-natures/les-for%C3%AAts

(5) Forêt Privée Française : https://www.foretpriveefrancaise.com/n/la-filiere-foret-bois-source-d-emplois/n:585

(6) Observatoire régional Arbocentre, Filière Forêt-bois en région Centre val de Loire - Juin 2018

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now