La principale raison d'agir :
le changement climatique

L'effet de serre :  

L'effet de serre est un phénomène naturel et indispensable à la vie sur Terre. Les gaz à effet de serre (GES) piègent une partie de l'énergie solaire qui nous est retransmise sous forme de chaleur. Sans eux, la température moyenne du globe serait de – 18 °C au lieu de + 15 °C.

Ce n'est donc pas l'effet de serre en tant que tel qui est mauvais pour la planète mais son augmentation. L'augmentation de la quantité de GES entraîne une augmentation de la quantité d'énergie solaire piégée, donc de la température moyenne du globe.

 

Pourquoi l'effet de serre a-t-il augmenté ?

C'est en grande partie l'Homme qui est responsable de cette augmentation. La température moyenne sur Terre était à peu près stable jusqu'en 1850. C'est à partir de la révolution industrielle qu'elle a progressivement augmenté.

La vapeur d’eau est le principal gaz à effet de serre, mais l’Homme a peu d’impact sur elle car sa concentration est régulée par les océans. Si on l'exclut, le dioxyde de carbone (CO2), est responsable de près des 2/3 de l’effet de serre, devant le méthane (1/5), les halocarbures et le protoxyde d’azote.

 

Quelles sont les conséquences ?

La température moyenne sur Terre augmente. De nombreux indices le montrent :

    - réduction de la couverture neigeuse,

    - diminution des jours de gel,

    - augmentation de la température des océans,

    - fonte des glaciers,

    - augmentation du niveau de la mer (risque d'inondation totale de certaines îles et territoires côtiers),

    - multiplication par 2 des catastrophes naturelles depuis 1990...


Il existe des incertitudes sur l'évolution des températures et sur les précipitations. Plusieurs scénarios sont envisagés mais tous évoquent la possibilité que les événements extrêmes se multiplient et de s'intensifient :

    - augmentation des sécheresses et de leur durée impliquant des risques d'incendies plus élevés,

    - augmentation des fortes pluies (modification de la répartition sur l'année et sur le territoire) entrainant des risques d'inondations

      plus élevés,

    - ...

Et sur nos forêts ?

Le climat va changer trop vite, les arbres auront du mal à migrer vers des stations forestières adaptées. Certaines essences ne seront plus adaptés à leur milieu et vont dépérir.

Plus concrètement, il va y avoir (entre autre) :

    - une augmentation des événements extrêmes (sécheresses importantes, tempêtes...),

    - un allongement de la saison de végétation qui induit des risques de gelées de printemps...

    - des risques élevés d'incendies de forêts,

    - une augmentation des températures en hiver qui favorisera le développement de certains insectes et champignons ravageurs pour

      les forêts (exemples de la chenille processionnaire du Pin ou de l'encre du Chêne),

    - ...

  

Pour plus d'informations sur les conséquences attendues sur les arbres et les moyens d'y remédier, vous pouvez consulter :

    - L'Extrait de "Forêt de France" N° 509 (décembre 2007) rédigé par Philippe Riou-Nivert, ingénieur à l'IDF (Institut pour le

      Développement Forestier) et Christelle Moussu.

    - Le site internet des forêts privés françaises

Pour aller plus loin :

- Le site de la recherche en France sur le changement climatique (DRIAS)

  

- Le site de météofrance consacré au Climat

  

- L'Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique

 

- Un site relatif aux informations du GIEC

 

- Le site de l'ADEME

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now